Comment fonctionne l’audition ?

Comment fonctionne l'audition Les oreilles sont des organes délicats et sensibles. Ils détectent les infimes changements de pression atmosphérique produits par les sons dans l’environnement et envoient l’information au cerveau pour traitement. L’oreille est également importante pour maintenir l’équilibre.

Notre sens de l’ouïe est incroyablement polyvalent – il peut détecter les sons les plus calmes, déterminer si un bruit vient de loin ou de près, et il peut choisir un son spécifique parmi le bruit de fond de la vie.

Dans cet article, nous expliquerons l’anatomie de l’oreille, comment fonctionne l’audition et parlerons de la perte auditive.

Si vous avez des problèmes d’audition, nous vous recommandons les comprimés Calminax ou les gouttes Auresoil – bien sûr les critiques de ces produits sont disponibles sur notre site Web.

Comment entendons-nous ?

L’oreille peut être divisée en trois parties :

  • l’oreille externe, moyenne et interne.
  • Chaque section joue un rôle distinct dans l’audition.
  • Schéma de l’anatomie de l’oreille
  • Un diagramme de l’anatomie de l’oreille.

Oreille externe

Aussi appelé pavillon de l’oreille ou oreillette, l’oreille externe est la partie visible. Sa tâche principale est de capter le plus de sons possible dans la zone environnante. Un son externe commence son voyage ici lorsqu’il pénètre dans un passage mince appelé le conduit auditif.

Oreille moyenne

Oreille moyenneL’oreille moyenne amplifie le son entrant. Elle le fait à l’aide du tympan, qui est une membrane mince également connue sous le nom de membrane tympanique. Le tympan sépare l’oreille externe de l’oreille moyenne et aide à transmettre les vibrations sonores à l’oreille interne.

Le son est amplifié par trois petits os appelés osselets. Les noms des osselets sont :

  • Le marteau (ou marteau) : Celle-ci est attachée au tympan.
  • L’enclume (ou enclume) : C’est attaché au malléus.
  • Les étriers (ou étriers) : Ceci, le plus petit os du corps, est attaché à l’enclume.

Lorsque les ondes sonores atteignent le tympan, celui-ci vibre. Cette vibration déplace les osselets, transmettant le son plus loin dans l’oreille. Les trompes d’Eustache sont de minces conduits muqueux qui aident à maintenir une pression stable dans l’oreille moyenne, afin que les ondes sonores soient correctement transmises. Ces tubes relient l’oreille moyenne à l’arrière de la gorge. Lorsque vous « faites éclater » vos oreilles, le son que vous entendez est créé par l’air forcé dans les trompes d’Eustache.

Oreille interne

Oreille interneUne fois qu’un son a été amplifié par les osselets, la vibration entre dans la cochlée. Il s’agit d’un petit tube bouclé qui ressemble à une coquille d’escargot et qui est situé dans l’oreille interne. La cochlée est remplie de liquide. Elle possède une membrane interne, appelée membrane basilaire, qui est recouverte de cellules ciliées. Le son fait monter et descendre le fluide, déplaçant les cellules ciliées de haut en bas pendant qu’elles « chevauchent la vague ».

Chaque cellule capillaire a des stéréocilies – de minuscules projections ressemblant à des cheveux – le long de son sommet. Au fur et à mesure que les cellules ciliées montent et descendent, les stéréocilies se heurtent aux structures supérieures et se penchent. Cela ouvre des canaux ioniques, créant un signal qui est envoyé au cerveau. Différents pas – plus haut ou plus bas – activent les poils dans différentes parties de la cochlée. De leur position, le cerveau peut recueillir des informations sur la hauteur du son.

L’information sur le son est envoyée par la cochlée le long du nerf auditif, ou cochléaire. Elle atteint la moelle épinière, qui fait partie du tronc cérébral. Le tronc cérébral est la partie du cerveau située le plus près de l’arrière du cou.

Le nerf auditif transporte également l’information du cerveau à la cochlée. Les fibres de ce nerf nous aident à supprimer les sons qui ne nous intéressent pas, ce qui nous permet de nous concentrer sur un seul son parmi tant d’autres. Par exemple, lorsqu’on a une conversation dans une salle occupée, cela nous aide à nous concentrer sur la voix d’une personne et à ignorer les autres.

Pitch et intensité

  • Pitch et intensitéIl est utile de connaître la signification des mots « hauteur » et « intensité », car ils sont souvent utilisés par rapport au son.
  • La hauteur – la hauteur d’un son – est également appelée fréquence et est mesurée en hertz (Hz). Plus le Hz est élevé, plus le son est aigu.
  • L’intensité est un autre mot pour l’intensité sonore, et elle est mesurée en décibels (dB).

On dit généralement que l’oreille humaine entend dans la gamme de 20 à 20 000 Hz. Cependant, dans des conditions de laboratoire parfaites, certaines personnes peuvent entendre aussi bas que 12 Hz et aussi haut que 28 000 Hz. La capacité auditive varie considérablement d’une personne à l’autre. Elle a tendance à diminuer avec l’âge, surtout dans les hautes fréquences.

La plupart des sons que nous entendons au quotidien se situent entre 250 et 6 000 Hz, mais nos oreilles sont plus sensibles aux sons entre 2 000 et 5 000 Hz. Quant à l’intensité, les humains peuvent détecter des sons de 0 à 140 dB. Pour donner un peu de perspective aux chiffres, un chuchotement est d’environ 25 à 30 dB et les conversations sont généralement de 45 à 60 dB. Une tronçonneuse est d’environ 120 dB. Le bruit d’un jet qui décolle à 25 mètres de distance est d’environ 150 dB et provoquerait une rupture des tympans.

Le rôle de l’oreille dans l’équilibre

L’oreille n’est pas seulement importante pour l’ouïe, elle est vitale pour notre sens de l’équilibre. C’est ce qu’on appelle notre système vestibulaire. Juste au-dessus de la cochlée se trouvent trois petites boucles remplies de liquide appelées canaux semi-circulaires. L’un détecte les mouvements de haut en bas, l’autre les mouvements latéraux et l’autre les inclinaisons.

Les canaux semi-circulaires contiennent des milliers de poils minuscules et sensibles. Quand nous bougeons la tête, le fluide dans les canaux semi-circulaires bouge aussi. Au fur et à mesure que le fluide passe devant les poils, ils se courbent, transmettant au cerveau des informations sur le type de mouvement qui se produit.

Le mouvement de ce liquide explique les étourdissements. Lorsqu’une personne tourne en rond, puis s’arrête soudainement, le liquide continue de bouger pendant un certain temps, continuant à pousser contre les poils. Comme les poils continuent d’envoyer des messages au cerveau, ce dernier présume que la personne continue de tourner.

Les canaux semi-circulaires et la cochlée sont reliés entre eux par le vestibule, qui se compose de deux sacs, appelés l’utricule et le saccule. Ces structures envoient au cerveau des informations sur la façon dont la tête se déplace par rapport à la gravité et à l’accélération. Par exemple, le saccule nous aide à détecter si nous montons ou descendons dans un ascenseur et si nous sommes couchés ou debout.