Le monde entier est consommateur de porno, il n’est donc pas hallucinant de se dire que le monde entier puisse être touché par la culture du porno. Le documentaire « Là où les putains n’existent pas » vient lever le voile sur la vision de la société envers ces femmes qui travaillent dans l’univers du sexe.

L’ancienne comédienne porno maintenant réalisatrice de films X et de documentaires sur le sujet révèle une nouvelle face de l’industrie du X à travers les dérives du système suédois. Autrefois pionnier en matière de liberté sexuelle, la Suède se retrouve aujourd’hui dans un état d’esprit puritain d’où le titre du documentaire. La réalisatrice s’est penchée sur l’histoire d’Eva-Marree Kullander-Smith, une jeune femme assassinée en 2013 par son ex petit copain dans les bureaux des services sociaux suèdois.

La jeune femme de 27 ans avait exercée quelques temps le métier d’escort girl et s’était vue retirer la garde de ses deux enfants, confiés alors à leur père, un homme violent. Le documentaire donne la parole à la mère d’Eva-Marree ainsi qu’à ses proches pour montrer à travers cette histoire qui n’est pas sans nous rappeler Le Procès de Franz Kafka, la violence qu’exerce un Etat-providence et tout puissant pour lequel la femme est une mère ou travailleuse du sexe sans pouvoir être « mère et putain à la fois ».

Le documentaire d’Ovidie est une plongée dans un sujet très large allant des violences faites aux femmes, de la médiatisation de ces violences à la prostitution jusqu’au droit des enfants. Un documentaire sur une situation et un pays qui arrivent à vous mettre mal à l’aise comme avec les séances de thérapies imposées par l’Etat pour les anciennes prostituées exhortées à se repentir.

Le documentaire « Là où les putains n’existent pas » est visible sur la plateforme d’Arte jusqu’au 7 avril 2018 et en dessous de cet article. On vous recommande de vous bloquer 55 miutes de votre temps pour le voir.