La compétition du Nikon Film Festival 2017 va bientôt s’arrêter.  Membre du jury pour le Prix des Médias, la rédaction de Modernists vous dévoile ses 10 films préférés.

10 c’est à la fois peu et beaucoup. Après avoir visionné les 50 films pré-sélectionnés de la compétition, nous avons dû les noter selon 4 critères, le scénario, la qualité technique, la mise en scène et notre appréciation personnelle.

Nous les avons donc tous visionné une première fois avant de les remettre un par un pour leur attribuer des notes que nous avons voulu les plus justes possibles. Voici dans la suite les 10 films sélectionnés par la rédaction avec un bonus de trois films supplémentaires, que nous n’avons pas sélectionné mais qui méritent amplement d’être vus et revus et que nous avons trouvé géniaux !

La sélection des 10 (sans classement – cliquez sur l’image pour voir le film)

Je suis enchanté – Collectif OA


Je suis Enchanté by nikon

Le jour où Paul présenta Eva à son père, c’était pourtant une belle journée de printemps. Le soleil réchauffait doucement l’atmosphère, et une brise légère apaisait tranquillement les esprits. On en oubliait presque que l’on était en avril 1940.

Notre appréciation : Dans ce court-métrage, nous avons particulièrement apprécié la façon dont la rencontre est amenée entre la jeune femme et le père de son amoureux. Une rencontre qui n’arrive qu’à la fin après avoir été guidée dans l’horreur et qui se termine sur un large sourire désemparant. Une belle image, un bon jeu et un bon rythme !

Je suis Karl – Thomas Scohy


Je suis Karl by nikon

Grandsyeuxnoirs86 et Poussine98 ont rendez vous à 16h. Poussine98 est à l’heure. Grandsyeuxnoirs86 est en retard. Poussine98 n’aime pas les retardataires.

Notre appréciation : Un bel hommage à Wes Anderson qui nous emmène au coeur d’une rencontre absurde, aux dialogues absurdes et dans des situations absurdes. Reste à savoir lequel des deux personnages est le plus étrange ?

Je suis à l’endroit – Florence Fauquet et Emilie de Monsabert


Je suis à l’endroit by nikon

Héloïse est internée en hôpital psychiatrique car elle a un syndrome particulier, elle est la seule à marcher a l’endroit, dans un monde qui fonctionne à l’envers… Jusqu’au jour où elle n’est peut-être pas la seule…

Notre appréciation : D’une part, cette rencontre n’a rien à voir avec l’amour, et ça a le mérite d’être souligné, d’autre part l’idée et le montage sons exceptionnels. On se prend au jeu de ce monde qui tourne pas droit, dans lequel on observe très attentivement les mouvements de ceux qui entourent Héloïse pour se laisser perturber à la fin de voir que l’on n’est jamais vraiment tout à fait unique en son genre…

Je suis Perdu – Cédric M.


Je suis PERDU by nikon

Théo et sa mère profitent d’une après-midi en forêt. Soudain, Théo disparaît…

Notre appréciation : Dans ce court-métrage, on a retrouvé quelques clins d’oeil à Lars Von Trier sur certains plans et certaines lumières mais également sur le fait que l’on s’embarque dans cette histoire via une caméra à l’épaule. On a particulièrement aimé ce moment d’angoisse de la part des deux personnages, qui se fait balayer par un pur moment de beauté. Rien ne reste, ni la peur, ni le sentiment d’abandon, la place est prise par la contemplation.

Je suis l’espace entre nous – Thibaut Buccellato


Je suis L’ESPACE ENTRE NOUS by nikon

Nous avons tous connu des déceptions amoureuses, des fins de relations. Tous, comme Beth, 22 ans, qui se remémore ces moments de joie, de rire, ces petites choses qu’il nous reste en tête. Au milieu des autres couples, Beth se questionne. A-t-elle vraiment envie d’être en couple ? Je suis tombé il y a un an environ sur un texte d’une blogueuse américaine qui « à 22 ans, refusait de consacrer sa vie à quelqu’un d’autre », je suis entré en contact avec elle et j’ai décidé de faire une vidéo dessus, avec un nouveau texte qu’elle a écrit spécialement pour la vidéo.

Notre appréciation : Si ce court-métrage parle d’amour, il traite aussi un sujet parfois tabou, le fait de ne pas vouloir être en couple, en particulier pour une femme. L’accomplissement personnel se fait-il obligatoirement accompagné d’un(e) autre ? Dans cette histoire, le personnage principal se pose la même question et en arrive à la réponse négative avec un texte en anglais, qui a le mérite d’être le seul de la pré-sélection.

Je suis toujours belle – Arstate


Je suis toujours belle by nikon

Une rencontre va bouleverser la vie de Sylvie, elle devra se reconstruire en tant que femme, se réapproprier sa féminité, son corps…sa vie.

Notre appréciation : Le sujet traité dans ce film est le viol et le harcèlement de rue. Sujet difficile, traité ici de manière très pertinente avec beaucoup de pudeur et de sincérité. La reconstruction d’une femme après un tel acte de violence nous questionne sur le comment vivre avec.

Je suis en pause dej – Bastien Bernini


Je suis en pause dej by nikon

Une cinquantenaire préoccupée cherchant du feu, un jeune homme qui mange tranquillement son sandwich, une demande sincère, la proposition d’un jeu, bref une rencontre fortuite.

Notre appréciation : Court-métrage humoristique mettant en scène deux protagonistes qui se rencontrent fortuitement alors qu’ils auraient pu se rencontrer de façon plus officielle, ce qui aurait enlevé beaucoup de quiproquos et n’aurait pas permis ce dialogue cinglant mais follement amusant.

Je suis une femme amoureuse – Isabelle Laurent


Je suis UNE FEMME AMOUREUSE by nikon

Dans un café, deux inconnues font connaissance…

Notre appréciation : Une très belle histoire d’amour est racontée dans ce film, le seul problème de cette histoire c’est qu’elle n’engage pas au même niveau les deux personnes du couple. D’une justesse incroyable tant sur les dialogues que dans le jeu des actrices, ce film nous a profondément ému !

Je suis phobic of love – Marie Jardillier


Je suis PHOBIC OF LOVE by nikon

Dans la tête de Stella, son intuition a la voix de Julia Roberts. Et son intuition, elle en a marre de ne jamais être écoutée. Alors elle a décidé d’intervenir.

Notre appréciation : Suivre son intuition  n’est pas une mince affaire, surtout quand il s’agit d’amour. Comment affronter sa peur et laisser place au hasard d’une possible belle rencontre ?  Avec la voix de Julia Roberts en bonus pour ajouter à ce film tout en sincérité, la touche d’humour qui fait la différence.

Je suis dévisagée – Maxime Baudin


Je suis dévisagée by nikon

Un jeune dessinateur est à la quête d’une beauté unique. Il croisera le chemin d’une fille un peu particulière…

Notre appréciation : Comment passer pour un pervers alors qu’on est simplement un timide, trop romantique et trop rêveur… L’amour se dessine sous les traits d’un homme mélancolique, surement plus amoureux de l’amour que d’une potentielle partenaire. A quoi ressemble l’amour absolu ?

+ 3 en bonus

Je suis un ange – Alex Oppecini


Je suis un ange ? by nikon

« Un éclair…puis la nuit – Fugitive beauté dont le regard m’a fait soudainement renaître, ne te verrai-je plus que dans l’éternité ? » (Baudelaire) /// Un homme gît à terre. Son visage exprime l’effroi et la douleur. Quelle rencontre pourrait-il faire dans sa situation ? Elle est pourtant d’une impérieuse nécessité. Dans cet instant fragile, il faut une communion unique. Entre la terre et le ciel, l’ombre et la lumière, l’enfer et le paradis ; un geste, un regard, une aura… Je ne peux en dire plus. Une ode à la vie et au vivant. Le reste de ce film est inspiré du monde réel.

Notre appréciation : Deux films de la pré-sélection traite le sujet délicat du 13 novembre. Le premier, « Je suis une date » nous donnait le point de vue des terrasses. Dans celui-ci, nous sommes au coeur du Bataclan face à un homme qui a besoin de revenir à la vie, à la réalité, un simple geste suffit. S’accrocher à un « rien » qui fait tout.

Je suis une rencontre invisible – Nicolas Doretti


Je suis Une rencontre INVISIBLE by nikon

En fait si tu regardes bien, c’est juste l’histoire d’une rencontre. Ça arrive partout, tout le temps. C’est juste une rencontre ordinaire, comme toutes les autres. Sauf qu’elle doit rester invisible.

Notre appréciation : Nous avons adoré ce court-métrage qui traite de l’homosexualité et de la façon dont les couples homosexuels doivent vivre leur amour dans notre monde moderne. Ici, nous sommes avec un couple de deux femmes, un couple banal avec des premières fois banales, des envies banales dans un monde qui ne tolère pas toujours la différence. Le point qui nous a manqué, nous avons trouvé que ce court-métrage traite plus d’une relation que d’une rencontre.

Je suis l’amour – victorhabchy


Je suis l’amour by nikon

Le tourbillon de vie et d’émotion causé par l’Amour, le tout concentré dans une aventure de 2min20.

Notre appréciation : Pour terminer cette sélection, ce film nous emporte dans la question existentielle du « à quoi ça sert d’aimer » tout en chanson et via un tourbillon amoureux à travers Paris. Très doux, ce film donne envie de tomber amoureux !

 

Nous aurions eu plusieurs autres films à vous montrer, la sélection étant très éclectique et les court-métrages ne présentant pas forcement des histoires autour de l’amour, il est toujours très difficile de les noter. L’appréciation de notre propre passé et de notre propre vécu nous a fait aimé certains, adoré d’autres et mis de côté quelques-uns. On vous recommande de faire un tour sur le site du Nikon Film Festival pour voir les 50 films présélectionnés pour la compétition mais également les films les plus vus sur le site, qui pourraient potentiellement remporter le Prix du Public.

À vos votes !